La tragédie grecque…

La crise grecque que nous vivons depuis plusieurs semaines et qui a atteint son paroxysme ce week-end a entraîné le trouble sur les marchés financiers du monde entier.

Nous entrons dans une zone de fortes turbulences matérialisée par une très forte volatilité sur les marchés financiers. Dans l’attente du référendum grec de dimanche prochain, validant ou non de facto la sortie de la Grèce de la zone euro, les marchés devraient rester très chahutés.

Pourtant, gageons que suite à cela, les choses devraient rentrer dans l’ordre et les marchés, européens reprendre des couleurs.

En effet, contrairement à 2011, les choses sont cette fois anticipées et mieux maîtrisées. Une sortie de la Grèce, qui rappelons le ne représente que 2% du PIB de la zone euro, serait au final surtout préjudiciable à…la Grèce.

En dehors de l’impact psychologique que créerait ce précédent, car autant l’entrée d’un pays dans la zone euro est codifiée, autant sa sortie ne l’est pas, l’impact sera au final limité.

La BCE dispose des moyens nécessaires pour éviter une contagion au reste de l’Europe et devrait de ce fait maîtriser la situation en premier lieu par une communication adéquate.

Nous estimons in fine que cette situation ne sera que passagère, et que les fondamentaux sur les actions européennes restent bons, et devraient d’ailleurs se matérialiser par des annonces de résultats meilleurs que prévus, aidés en cela par la forte baisse de l’euro et des matières premières.

On pourra donc, pour les plus courageux, profiter du chahut pour renforcer à bon compte ses positions sur les actions européennes dans une optique moyen terme.

Guy Roos – le 29 juin 2015

Réactions et commentaires

3 commentaires
  1. Une synthese de la situation de la grece apres le referendum de dimanche par le groupe ICF semblerait une suite logique a cette premiere analyse.
    merci encore de ces clarifications preleminaires

Ajouter un commentaire